Ps 127:1 "Si L´Éternel ne bâtit une maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain."

La course pour l’accès à l’électricité – La banque mondiale en fait un point d’honneur

 

  • Un milliard d’habitants vivent encore sans électricité, mais un certain nombre de pays qui ont su adopter de nouvelles approches sont parvenus à étendre l’accès à l’électricité à des millions de personnes ces dernières années.
  • En Afrique subsaharienne, le nombre d’habitants qui accèdent à l’électricité dépasse pour la première fois la croissance de la population. Et les progrès sont encore plus rapides en Asie du Sud.
  • Il reste cependant beaucoup à faire pour concrétiser l’électrification universelle d’ici 2030, conformément au 7e Objectif de développement durable (ODD). C’est pourquoi la Banque mondiale s’emploie à accroître considérablement ses financements en faveur des programmes d’accès à l’énergie, en accordant une place croissante aux projets de développement de mini-réseaux électriques et de solutions hors réseau.

Les locaux l’appellent « mini Africa ». On y trouve de tout, de l’électronique à l’électroménager en passant par les jouets et les vêtements. Le marché de Sabon Gari est l’un des plus grands du Nigéria. Il est alimenté en électricité par un mini-réseau solaire, synonyme d’économies considérables pour les commerçants, contraints auparavant de recourir à de coûteux générateurs diesel.

À plus de 8 000 kilomètres de là, à Monpura, Lhota Khatun travaille de chez elle comme couturière. L’installation d’un mini-réseau solaire sur cette île reculée du Bangladesh lui permet depuis 2016 de travailler le soir à la lumière électrique quand ses enfants sont couchés.

De Sabon Gari à Monpura, de nombreux habitants à travers le monde bénéficient désormais d’une productivité accrue et de la possibilité d’accéder à un meilleur niveau de vie grâce à un approvisionnement électrique fiable et à un coût abordable.

L’énergie est au cœur du développement. L’accès à l’électricité sécurise les populations, favorise l’activité des petites entreprises et fait fonctionner des services essentiels, tels que les cliniques et les écoles. En outre, l’énergie rend possibles les investissements, les innovations et l’apparition de secteurs nouveaux qui tirent l’emploi et la croissance de toute une économie.

La Banque mondiale s’attache à collaborer avec chacun de ses pays clients afin de mettre en place des solutions qui correspondent à ses besoins énergétiques spécifiques. Une démarche pilotée par les pays eux-mêmes et couronnée de succès, comme en témoignent nombre d’exemples dans le monde entier.

Au Nigéria, un nouveau programme d’électrification doté de 350 millions de dollars devrait attirer 410 millions d’investissements privés et donner naissance à un marché dynamique pour les solutions énergétiques autonomes (mini-réseaux et hors réseau).

Au Kenya, la Banque mondiale appuie plus de 1,3 milliard d’investissements dans le développement du réseau électrique (production, transport et distribution), mais aussi de systèmes hors-réseau. Ces investissements ont permis de quasiment doubler le taux d’accès à l’électricité, qui a grimpé de 23 à 56 % entre 2009 et 2016. Un nouveau projet de 150 millions de dollars va permettre à 240 000 ménages supplémentaires vivant dans des zones plus pauvres et reculées de bénéficier de solutions autonomes.

Au Bangladesh, la Banque apporte son soutien au plus vaste programme de développement de l’énergie solaire hors réseau, dont l’objectif est de doter quatre millions de ménages de systèmes à usage domestique, de fournir 1 000 pompes d’irrigation et de déployer 13 mini-réseaux. Ce programme a déjà permis à plus de 18,5 millions d’habitants des zones rurales de bénéficier d’un accès fiable à l’électricité grâce à la production solaire.

Sur la période 2014-2017, plus de 45 millions de personnes au total ont eu accès à l’électricité ou bénéficié de services améliorés grâce à des projets financés par la Banque mondiale.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier

Panier